HELLO KITTY !

Publié le par Olga

Après s'être longuement consultés Miguel et moi, nous avons finalement décidé de consacrer notre tout premier article à un énorme coup de coeur qui ne date pas d'hier : Le travail de Kitty Crowther. Si vous ne voyez pas qui est cette auteur(e)-illustratrice au doux prénom de chat (je soupçonne que ceci fasse aussi partie de ce que Miguel aime chez elle) et bien laissez-moi vous raconter ma rencontre avec Kitty Crowther.

Il fut un temps où la librairie était mon second chez moi, au détour d'une étagère, je suis tombée sur Moi et rien !

Moi et rien (Pastel), est un album absolument magnifique sur l'absence et la mort (thèmes souvent présents dans son travail). J'ai sentie qu'il fallait que je le rammène chez moi, il était trop intime, trop précieux pour le lire furtivement en pleine librairie. Je l'ai donc pris. A la maison, avec un thé et Miguel sur les genoux, nous avons lu l'histoire de Lila et son ami "rien", un petit "rien" tout doux pour combler le gouffre de l'absence de sa maman. C'est un des album qui m'a le plus boulversé par sa simplicité et sa légéreté malgré la gravité du sujet. Je suis alors allée sur internet pour grapiller quelques infos sur Kitty Crowther, née en Belgique à Bruxelles précisément en 1970, d'un père anglais et d'une mère suédoise, son enfance est bercée par la littérature anglophone et scandinave, elle restera d'ailleurs toujours passionnée par les littératures d'Europe du nord (comme moi, si, si, je vous assure ! Elle sera sans doutes folle de joie de voir enfin les aventures de Moumine le Troll, de Tove Jansson, réedité chez Nathan !! mais il fera l'objet d'un autre article).

A partir de ce jour, donc, j'ai traqué les créations de Kitty Crowther et de Scritch scratch dip clapote ! (Pastel) à l'Enfant racine (pastel), j'ai toujours retrouvé le même plaisir, la même douceur au coeur d'un univers qui peut paraître assez sombre.

Et donc pour mon plus grand plaisir vient de sortir : Le grand désordre (Seuil Jeunesse), en septembre dans toutes les librairies qui valent vraiment le coup ! Honte aux autres pour cet oubli ou pire encore pour ceux qui par faute de place (la rentrée lalala...) lui ont préféré par exemple, les nouveaux Barbapapa qui apportent plus à leur éditeur qu'à la littérature jeunesse ! (ceux qui les connaissent comprendront mon courroux!). Bref, revenons à nos moutons...

Le grand désordre est mon album préféré de la rentrée : d'abord parcequ'un des personnage ressemble à Miguel, c'est le chat Daguerréotype, puis parce qu'on aime se reconnaître dans sa maîtresse Emilienne et le désordre de sa caverne d'Ali Baba, matérialisé par des objets égrennés à droite à gauche et par d'étranges personnages ( comme dans  l'Enfant Racine) qui participent à ce joyeux foutoir. En tout cas si comme Miguel et moi vous voulez lire "le livre des soupirs", vous baignez au clair de lune dans un étang, connaître l'histoire du cailloux blanc et découvrir le secret de Sylvania, la voisine d'Emilienne et bien ruez-vous sur cet album. Les personnages sont attachants et les illustrations au crayon de couleurs sont superbes, il y a mille détails qui vous fairons grimper le sourire au lèvres.

Je le conseille à partir de cinq ans et pour ceux qui n'aurait pas encore compris, sans limite d'âge ! C'est un album au public large, vous pouvez même l'offrir à votre grand-mère (la mienne aurait adoré ! ) qui parle à la fois d'amitié, d'amour, de ces petites choses qui nous font honte et que nous essayons vainement de cacher, de nature comme souvent chez Kitty, du temps : celui du souvenir et  celui que l'on prend. C'est comme déguster une part de cake au citron accompagnée d' un thé au jasmin, l'été à l'ombre d'un figuier : un délice !

Olga & Miguel. 03 octobre 2005.

 

 

Commenter cet article